West Side Story
Une mythologie de passage initiatique des temps modernes.

Le film West Side Story met en images, dans une ambiance d'intense émotion dans laquelle chacun peut se retrouver, une description presque parfaite du fonctionnement psychologique de la sortie de l'adolescence. Bien que l'histoire s'achève sur un échec, West Side Story nous fournit un exemple moderne du triple passage initiatique de la vie de groupe de l'adolescence à la vie individuelle d'adulte.





[Les 2 groupes]
(1) Deux bandes s'affrontent pour leur place dans la société, symbolisée par le terrain de sport

Deux bandes ennemies


Ce film met en jeu deux bandes : celle des "Jets" et celle des "Sharks", les "frères ennemis". Il s'agit de deux groupes dont les individus se sentent étrangers l'un à l'autre, les uns étant des américains, les autres des Portoricains. Ils sont tous "des enfants nés et abandonnés à la rue". Leur gang leur sert de famille. "Quand on est en bande, chantent-ils en refrain, on n'est pas isolé et le petit est roi." "La puissance de l'individu est multipliée par deux, trois, quatre." Les deux groupes luttent pour leur place au soleil, ils revendiquent le droit d'exister dans la société. Ils marquent leur territoire de leur nom inscrit en grand sur la place publique. Ainsi le groupe maintient la cohésion du Moi morcelé de chacun et ce Moi tend de toutes ses forces à réaliser son unité. La violence fondamentale est liée à ce droit du Moi d'exister et de trouver son identité et sa puissance, son image et sa valeur.



[Les Jets]
(2) Chaque groupe marque sont territoire. Les Jets sont américains, ils sont chez eux.
[Les Jets]
(3) Les Jets haissent les étrangers et ne veulent pas que les Sharks empiètent sur leur place.
[Sharks stink]
(4) Les Sharks "puent", les Jets projètent leur mauvaise analité mal intégrée sur les Sharks.
[Les Sharks chantent l'Idéal]
(5) Les Sharks chantent l'Idéal à atteindre : ils veulent entrer dans la société américaine.

Un Idéal trop lointain

Les "Sharks" représentent le groupe de l'Idéal. Les Portoricains chantent l'Idéal à atteindre et tous les bénéfices qui en découlent comme d'une source de narcissisme. Leur nouvelle identité leur procurera un phallus plus beau que la plus belle des Cadillac américaines et leur fera oublier leur enfance malheureuse. Le rêve des Portoricains est d'arriver à s'intégrer dans une société américaine idéalisée et lieu de projection d'une certaine toute puissance. Mais la nostalgie du pays les tire en arrière et, dès le départ, l'Idéal est trop loin et devenir américain, ça coûte cher en une analité qu'individuellement aucun membre du groupe n'a intégrée. Aucun n'a une vie individuelle assez puissante pour se passer du groupe. Maria, une fille pleine de narcissisme, veut cependant essayer d'intégrer son Idéal individuel.

[]
(6) Les Sharks chantent l'Idéal de la belle et grande Amérique mais aussi leur nostalgie du pays.


[La police]
(7) A cause de l'absence de Surmoi, la police est continuellement obligée d'intervenir.


Le groupe du Surmoi

Les "Jets" forment le groupe du Surmoi. Leur agressivité destructrice est tournée vers les Portoricains. Tout ce qui est négativité en eux-mêmes est projeté sur des étrangers. Tel membre du groupe est chargé de faire face au juge, tel autre aux policiers. Ainsi le Surmoi sera vaincu. Tel autre encore qui est le plus fort physiquement sera chargé du contrôle de l'agressivité. Ce dernier sera choisi pour faire le combat qui désignera le groupe vainqueur. Leur Surmoi est un Surmoi non intégré. Il est trop fort et il leur est extérieur, aussi l'intrusion de la police ainsi que la menace du juge sont elles permanentes pour suppléer aux limites qui leur manquent.

[La police]
(8) La police représente la loi, les limites, le surmoi.
[Tony]
(9) Tony veut quitter son groupe, les Jets, pour intégrer la société par le travail.


Tony et Maria veulent faire le passage...

Tony, l'ancien chef de bande des "Jets", veut quitter son groupe. Il veut faire sa vie de travail comme épicier. Il prend le risque de travailler et de se passer de sa bande. Il aspire à prendre sa place dans la vie sociale. Il tombe amoureux et il songe à faire sa vie de couple. Maria, l'étoile idéalisée de sa vie, veut faire de même mais elle fait partie du groupe des "Sharks" dont son frère Bernardo est le chef. Mais ni l'un ni l'autre n'a un Moi assez fort et assez individuel pour faire le passage sans le groupe. Leur Idéal et leur Surmoi sont clivés et morcelés et projetés sur les groupes. Ces derniers vont tenter de faire les choses à leur place. C'est ainsi que l'Idéal va affronter le Surmoi : le narcissisme entre en conflit avec l'agressivité de l'analité.

[
(10) Il est soutenu par son groupe qui chante : "En bande on est puissant, l'individu est multiplié par 2, 3, 4. Le petit est roi."


[Maria se regarde dans un miroir]
(11) Maria, soeur du chef des Sharks, veut réaliser son Idéal. Elle se regarde dans le miroir en rêvant de réaliser son narcissisme de femme. Elle est soutenue par ses amies qui la consolident dans son image et dans son narcissisme. (Elles lui cousent la robe de fête.)

La scène primitive.


Le point nodal du drame débute par un bal. Ce bal pose le problème central lorsque les deux groupes chantent : "Qui a le droit aux filles ? Qui a le droit de faire l'amour comme les parents ?". En réalité, ce bal est aussi une scène primitive sur le mode social et il ritualise le modèle de toute relation sexuelle, celui des parents qui font l'amour. En résonance à cette scène, Tony et Maria se déguisent en mariés et parodient un mariage fictif, un mariage de défi et de déni au cours duquel ils se moquent du Père et de la Mère. Mais l'idéalisation est trop loin dans le ciel et leur chant d'amour se termine par le constat de leur impossibilité de l'atteindre : "Nous ne verrons pas l'étoile du matin.".


La lutte du Surmoi contre l'Idéal

Désormais, la révolte devient celle de Tony et de Maria. Les "Jets" mettent en jeu la lutte du groupe pour la réussite du passage initiatique de leur chef auquel tous s'identifient. Les "Sharks" suivent l'Idéal de Maria, tout en brandissant l'interdit de toucher à une soeur de clan.


[Le bal]

(12) Le bal représente l'amour dans la vie sociale. Il symbolise une scène parentale sociale.
[Tony et Maria]
(13) A ce bal, démarre la vie amoureuse de Tony et Maria. Ils veulent faire le passage initiatique.
[Tony et Maria]
(14) Ils veulent réaliser leur vie individuelle qui résulte de la vie affective mais nécessite un Idéal et un Surmoi individuels.
[Bal]
(15) Dans ce bal, l'Idéal et le Surmoi sont représentés par des adultes ridicules.

La révolte de la fratrie.

Le film commence alors à dérouler sa trame. La révolte des fratries qui jusque-là se faisait sournoise, éclate alors au grand jour en vue d'acquérir tout ce qui est nécessaire à l'intégration du Père. Désormais, on ne peut plus reculer le groupe des "Jets" et le groupe des "Sharks" vont s'affronter. Le corps à corps est décidé. La perversion réside dans le fait que l'Idéal et le Surmoi prennent une dimension de toute puissance et qu'Ils s'opposent dans une lutte à mort, au lieu d'être neutres et en harmonie. Le problème sera réglé par le corps et la force physique à la manière des animaux et non sur le plan psychologique.

[Le conseil de guerre]
(16) Le combat corps à corps est décidé.
[Le commissaire et Doc]
(17) Ni le commissaire ni Doc, propriétaire du bar et ami des adolescents, n'arrivent à maîtriser l'agressivité des deux groupes.

Le Surmoi et l'Idéal ne sont ni limités ni protégés par le Père

Au dernier moment, le commissaire de police, en bon Surmoi, essaie de calmer le jeu, mais il est maladroit et inadapté car il ne pense qu'à son avancement. Il n'a aucune prise sur les puissances mises en jeu. Le groupe invective aussi Doc, un adulte qui accueillait les "Jets" dans son petit bar. A travers Doc, les adolescents reprochent aux adultes leur incapacité d'être des modèles et d'être de trop faibles représentants d'un Idéal sans lueur. Malgré l'intervention de Doc, le conseil de guerre décide que le combat aura lieu car il devient impératif de régler ce problème du territoire qui est aussi le problème de l'identité d'adulte et de la place du Moi dans la cité.



[Parodie de psychanalyse]
(18) Parodie de leur propre auto psychanalyse qui n'est pas intégrée à cause de leur passé

Les scènes de moquerie et de parodie

En ce moment central, le Groupe fait son autoanalyse au cours d'une scène de moquerie de la psychanalyse. Les rôles du psychodrame sont répartis entre un groupe d'Idéal et un groupe du Surmoi, comme si le groupe représentait le Moi de chacun projeté en communion sur le groupe.



[Parodie du juge]
(19) Ils parodient l'Idéal représenté par une assistante sociale.
[L'autoanalyse]
(20) Ils parodient la police et ils se moquent du juge (le Surmoi).
Ils parodient leur propre autopsychanalyse qui n'est pas intégrée à cause de leur passé. Ils parodient l'Idéal représenté par une assistante sociale. Ils parodient la police et ils se moquent du juge (le Surmoi). Ils parodient le mariage individuel. Tony et Maria se moquent du mariage de leurs parents, leurs modèles. La mère est grosse et le père porte un chapeau ridicule.
[Parodie de mariage]
(21) Parodie du mariage individuel. Tony et Maria se moquent du mariage de leurs parents, leurs modèles. La mère est grosse et le père porte un chapeau ridicule.
[Parodie de mariage]
(22) Ils célèbrent un mariage fictif de rêve.

Tentative de régler le problème sur le plan psy de l'Oedipe.

Tony et Maria savent que le combat se situe sur un autre plan que sur le plan corporel. Ils essaient, eux aussi, d'intervenir pour que le combat à mort n'ait pas lieu physiquement mais psychologiquement. Malgré eux, l'autodestruction prend le dessus dans le processus. Les combattants de chaque bande sont désignés et ils brandissent leurs couteaux, tels des phallus de vie et de mort. Les forces en jeu sont démesurées et incontrôlables. Les deux gangs ne sont que des groupes physiques et que des Fratries. Leur prétention à devenir de vrais Père et Mère ne sont pas à la hauteur de la tâche. L'émotion suscitée à ce moment du film est due à la richesse des images inconscientes que cache ce beau jeu de miroir des meurtres fratricides. Bernardo, l'ami d'Anita, elle-même amie de Maria, tue Riff, l'ami de Tony. Ainsi les frères de groupe, de Maria et de Tony, referment l'étau de la mort sur le couple. En même temps meurent aussi les propres images masculines de Maria et de Tony qui leur auraient permis de trouver leur identité de couple. Dans un dernier sursaut, Tony et Maria consument une nuit de noces de déni pour se convaincre qu'ils ont obtenu la sexualité qui est l'enjeu. Mais à cause de cette sexualité naît la peur et ils décident de leur fuite loin des groupes. Mais on ne peut pas échapper à la nécessité de grandir par l'analité ! Les groupes les rattrapent et reprennent le dessus. A la fin, Tony lui-même sera tué d'un coup de feu par Chino, l'ami de Bernardo et prétendant de Maria. Ainsi tous les chefs sont morts. Devant la nécessité de maîtriser les violences, le groupe reprend ses droits et la Fratrie l'emporte. Le groupe du Surmoi maîtrise son agressivité et le groupe d'Idéal retourne à ses illusions.

[]
(23) Une nuit de noces de déni.
[Les Sharks]
(24) Les Sharks passent le grillage (l'interdit maternel).
[Les Jets]
(25) Les Jets passent le mur (l'interdit paternel).
[Le combat]
(26) Le combat commence.
[Bernardo mort]
(27) Bernardo tue Riff. Tony tue Bernardo. Les chefs sont morts.

[Tony meurt]
(28) Tony meurt dans les bras de Maria, tué par son rival Chino. La mort l'emporte sur la vie, la destruction sur l'amour.


Ainsi se termine (mal) la belle histoire de deux adolescents qui ont échoué dans leur passage initiatique vers la vie individuelle, vers la vie sexuelle, vers la vie de travail et vers la vie sociale.

Ce film nous montre qu'il y a un Idéal et un Surmoi individuels : ceux de Tony et de Maria. Il y a aussi un Idéal et un Surmoi de groupe : ceux des "Jets" et des "Sharks". Ils servent à faire la transition entre individu et société. Il y a, enfin, un Idéal et un Surmoi de la société : la belle et grande mais exigeante Amérique, avec ses belles voitures et sa puissante police. Ceux des groupes et des sociétés résultent de l'Idéal et du Surmoi moyens des individus du groupe concerné. Dans le film, ni Tony et Maria, ni les groupes des "Jets" et des "Sharks" ne les avaient intégrés. Leur Idéal et leur Surmoi n'étaient pas neutralisés par l'analité et par l'Oedipe. Le conflit devient dramatique du fait de l'opposition de ces différents facteurs entre eux qui aboutissent à l'éclatement.

Tout conflit de groupe se fait entre le narcissisme et l'analité non intégrés. West Side Story, à l'origine, dans le tout premier projet, devait être l'histoire d'une Italienne et d'un Juif. Elle aurait pu être celle d'un groupe chrétien contre des musulmans. Elle aurait pu être celle de l'Allemagne contre la France pendant les guerres. Elle aurait pu être celle de deux partis politiques opposés entre une gauche et une droite. Elle pourrait être l'histoire de deux entreprises rivales. Elle aurait, enfin, pu être celle de tous ceux qui comme Tony échouent leur entrée dans la vie sociale à cause de l'inexistence de leur vie individuelle. Tout conflit de groupe, ethnique ou religieux, lui ressemble !

Par ailleurs, ce film nous permet encore de constater que les groupes suivent la même évolution psychologique que les individus mais un grand nombre de sociétés n'ont pas encore atteint ou terminé leur adolescence !



© 1999 Alfred ERBS
Docteur ès sciences humaines, psychanalyste à ORLEANS
e-mail : erbs@aerbs.com
web : http://mapage.noos.fr/erbs/

Les photos sont extraites du film West Side Story, © 1961 United Artists Corporation, Inc.
Retour à l'accueil Page suivante : les Funérailles Birifores