Mare Nostrum Corsica 

Port de Bastia : 2017 marque l'achèvement des travaux du quai Nord Est et de meilleures perspectives pour le trafic passagers ?

Débarquement du Corsica Victoria, en provenance de Livorno, et départ du Piana pour Marseille (Bastia, août 2012) ; photo : Romain Roussel
En dépit d'un contexte économique toujours difficile et d'une rude concurrence de l'avion, le regain de concurrence entre compagnies maritimes devrait bénéficier au port de Bastia en 2017 ;
photo : Romain Roussel (Corsica Victoria et Piana à Bastia en août 2012).




En 2017, un rebond du trafic portuaire à Bastia ?

L'interruption de près de 4 mois du trafic de la Moby sur Nice-Bastia à partir du 13 août 2016 suite à l'incendie du Moby Zazà (à droite) avait freiné le développement attendu du port ;
à gauche, le Mega Smeralda et le quai des martyrs (août 2016 ; photo : Romain Roussel).




Dan un contexte de crise et de concurrence accrue de l'aérien du fait du développement des vols low cost, le trafic passagers du port de Bastia a reculé cinq années de suite de 2011 à 2015. Il a connu un léger mieux en 2016 (+2,6%), année au cours de laquelle le port a a ccueilli 2,14 millions de passagers selon l'Observatoire régional des transports de la Corse. À quelles évolutions faut-il s'attendre en 2017 et pour les années à venir ? Des tendances probables dans l'ensemble plutôt positives peuvent déjà être dégagées au vu des enseignements des derniers mois et de la programmation annoncée par les différentes compagnies pour l'été (plus de détails en page des nouveautés 2017) :

- s'agissant de la Corsica Linea (l'ex-SNCM), la compagnie a bien rebondi en termes de trafic fret dès sa première saison, en redevenant la première en importance pour ce trafic sur la Corse et voit son avenir proche conforté par la co-obtention de la délégation de service public maritime Marseille-Corse de transition jusqu'à l'automne 2017. Elle a en revanche touché un point bas sur la Corse en 2016 pour ce qui est du trafic passagers. Cela s'explique à la fois de l'affrètement temporaire d'un de ses cinq navires mixtes (le Monte d'Oro) à La Méridionale pour la saison 2016 et par la quasi-absence de ferries classiques sur la Corse durant l'été 2016 : plus aucun ferry de la compagnie ne touche le port de Bastia au départ de Nice et de Toulon depuis le printemps 2015 et les escales du Danielle Casanova à Bastia - qui avec Ajaccio, concentrait jusqu'alors la majorité des escales des ferries au départ de Marseille - ont été exceptionnelles l'été dernier. Le retour du Monte d'Oro dans le giron de Corsica Linea - effectif dès octobre 2016 - devrait permettre de doper son trafic, mais au départ du port d'Ile Rousse seulement, le positionnement du navire mixte se faisant exclusivement sur la ligne Marseille-Ile Rousse. Sur Bastia, le potentiel de rebond du trafic passagers de Corsica Linea est important mais subordonné à la programmation d'escales supplémentaires du ferry Danielle Casanova sur le port Corse en remplacement de traversées opérées jusqu'ici sur la Tunisie. Or, cela n'est pas le cas pour la saison 2017, les rotations estivales de ce ferry étant concentrées sur le seul port d'Ajaccio. Aussi, la compagnie aux bateaux rouges devra surtout compter sur l'avant et l'après saison pour faire croître son trafic passagers à Bastia, ce qui limite sa marge de progression ;

- La Méridionale devrait voir son trafic passagers stagner ou faiblement progresser sur Bastia en 2017, la compagnie co-délégataire du service public sur Marseille-Corse reconduisant à peu près à l'identique son programme de 2016 assuré par le Piana. En revanche, au global sur l'ensemble de la Corse, son trafic devrait reculer significativement en 2017 du fait de la non-reconduction de l'affrètement du Monte d'Oro de Corsica Linea ;

- la Corsica Ferries revoit de nouveau sensiblement sa programmation de ses ferries pour 2017 après une année 2016 déjà riche en nouveautés, concentrées pour l'essentiel sur le sud de la Corse et la desserte du Nord Sardaigne (avec la création des nouvelles lignes Toulon-Porto Torres-Porto Vecchio et Nice-Porto Vecchio-Golfo Aranci). Sur Bastia, elle devrait bénéficier d'un effet de nouveauté grâce à l'introduction à l'été de son nouveau navire amiral, le Pascal Lota, principalement au départ de Nice (et secondairement, de Savona et de Toulon) et d'une amélioration qualitative de l'offre sur ses lignes italiennes avec le retour de la paire de cruise-ferries Corsica Victoria / Sardinia Regina sur Savona à la place des Corsica Marina / Sardinia Vera. Toutefois, le renforcement de la concurrence de la Moby Lines à Nice devrait logiquement lui coûter des parts de marché. Il en va de même sur le fret, où la compagnie aux bateaux jaunes continue de pâtir du rapatriement sur les lignes de Corsica Linea au départ de Marseille de marchandises transitant jusqu'ici sur Toulon ; 

- après une saison 2016 plus chaotique que prévu suite à l'incendie du Moby Zazà à Nice le 13 août qui a provoqué une interruption de trafic dommageable pour la compagnie jusqu'en décembre 2016, la Moby Lines devrait voir sa progression fortement reprendre en 2017. En effet, la mise en service d'un nouveau navire sur Nice, le Moby Dada, et le développement des liaisons de nuit sur Genova-Bastia devraient contribuer à drainer une part plus importante de la clientèle française et plus que compenser la légère baisse du nombre de traversées sur Livorno-Bastia programmées au plus fort de la saison. En outre, la Moby a prévu d'allonger significativement la période de desserte de ses lignes bastiaises en 2017 (d'avril à octobre sur l'Italie, toute l'année sur Nice), ce qui devrait mécaniquement jouer à la hausse sur son trafic passagers.

De ces évolutions, découleront potentiellement des bouleversements des parts de marché entre compagnies et du podium des différents ports, très disputé depuis trois ans sur Bastia entre Toulon et Livorno pour la première place et qui est finalement revenu au port italien en 2016, pour la première fois depuis 2012. Sur le port de Bastia, Nice pourrait finir deuxième origine/destination en 2017, derrière Livorno et devant Toulon.

En tout état de cause, alors que l'année 2015 avait été marquée par une bien moindre "congestion" des trafics portuaires de la place bastiaise à certaines heures de la journée en saison, principalement suite à la forte réduction du nombre de ferries de la SNCM, 2016 et plus encore 2017 marquent un regain d'activité pour le port de Bastia. On observe toujours en particulier une assez grande concentration des allées et venues des navires le matin, de plus en plus tôt, avec par exemple l'anticipation d'une heure de l'arrivée du Pascal Paoli en semaine en 2017 (dès 6h au lieu de 7h) en provenance de Marseille et d'une demi-heure du Pascal Lota (de 6h à 5h30) les samedis de ponte en provenance de Nice. Cette concentration est surtout marquée fin juillet et début août, dont le week-end "charnière" marque le sommet de la saison touristique, comme illustré au graphique suivant. 


Quoiqu'en progression par rapport à 2016, les jours de pointe fin juillet et début août 2017, le port de Bastia n'accueille que 4 navires simultanément au maximum.
Des interrogations se font donc jour sur le fait que le projet de port de Bastia à la Carbonite comporte quant à lui 9 postes à quai !



Au début des années 2010, on constatait un pic particulièrement marqué de 5 navires à quai simultanément vers 7h30 ; en 2015, ce pic s'était réduit très fortement à 3 navires maximum dans la matinée, entre 8h et 9h ; depuis 2016, il progresse de nouveau, à 4 navires. En 2017, la durée de ce pic de 4 navires se réduit à environ une demi-heure, de 8h à 8h30, les arrivées et départs des navires matinaux étant plus étalés afin de faciliter la circulation. En revanche, l'ajout d'une traversée supplémentaire de la Corsica Ferries sur Livorno dans l'après-midi et d'une autre de la Moby sur Genova conduit à une plus grande activité du port de Bastia dans l'après-midi, avec un nouveau pic très bref de 4 navires peu après 15h. On reste toutefois loin des records historiques à cet horaire : dans la seconde moitié des années 1980, le port affichait souvent complet (avec 7 navires, certes de plus petite taille) en début d'après-midi. Ce phénomène de déplacement des pics horaires vers le matin, quoiqu'atténué en 2017, est à rapprocher du développement des traversées de nuit, en lien notamment avec le recentrage des trafics des compagnies maritimes opérant sur le port de Bastia sur les lignes françaises, généralement plus longues. 




Les travaux de réaménagement du quai Nord Est sur le site actuel enfin achevés,
en attendant l'hypothétique début de travaux du 9ème poste à quai !

Les travaux au môle Sud début mai 2013 avec, en arrière plan, l'accostage du Sardinia Regina et le Corse à quai
Au premier plan, en mai 2013, les travaux au môle Sud, désormais achevés. En 2017, les travaux de construction du 9ème poste à quai annoncés depuis plusieurs années déjà n'ont toujours pas débuté...


Sur le plan des infrastructures, se pose depuis plus d'une décennie la question du développement du port de Bastia, dont la Corse est officiellement devenue propriétaire le 1er janvier 2004, dans le cadre des transferts de compétences aux régions. Le port, qui accueille des navires de plus en plus longs, atteint la limite de ses capacités et nécessite de nouveaux investissements en matière d'infrastructures. C'est pourquoi avait été adopté par l'Assemblée de Corse un plan de développement du port de commerce de Bastia dès le 26 juillet 2004. Les travaux d'aménagement du môle Sud réalisés à partir de la fin 2005 permettent désormais aux navires de 175 mètres d'y accoster également par leur partie arrière depuis le printemps 2006 ; toutefois, des travaux complémentaires pour un montant de 975 000 euros ont été menés depuis janvier 2013 afin de consolider l'ouvrage. Dès lors, l'accostage au môle Sud n'a pas été possible jusque début mai 2013 (voir photo ci-dessous). Celui-ci est depuis redevenu accessible et des travaux ont également été réalisés à proximité afin d'accroître les capacités de stockage de véhicules sur les quais.

De longue date, le site officiel de la ville de Bastia (voir page de liens) indiquait que le plan de développement comportait plusieurs volets, au premier rang desquels des aménagements du port actuel (le bassin Saint Nicolas), de manière à le rendre plus fonctionnel et à accroître ses capacités d'accueil. Toutefois, ceux-ci ont pris un retard considérable - en lien notamment avec la controverse sur la construction éventuelle d'un nouveau bassin portuaire sur le site de la Carbonite, voir article dédié - si bien que seuls certains d'entre eux ont pu être menés à bien, comme le dragage du port.

Le môle Sud désormais réaménagé, l
e projet du 9èmeposte à quai longeant le quai des Martyrs, initialement prévu pour 2005, avait lui aussi été lancé en octobre 2006 avec son approbation officielle et l'attribution du marché de construction par l'Assemblée de Corse. Ce projet le long du tunnel du vieux port, permettant notamment d'accueillir les navires de nouvelle génération dont la longueur dépasse les 200 mètres, semblait alors relancé et sa livraison avait finalement été annoncée pour 2012 mais les travaux n'ont jamais commencé, comme illustré à la photo ci-dessus. La même séance de l'Assemblée de Corse d'octobre 2006 avait conduit à attribuer le marché de l'extension du terre-plein nord ; toutefois, les projets ont ensuite été revus à la baisse (de plus de 12 millions d'euros hors taxes à 6,6 millions d'euros), par décision de l'Assemblée de Corse du 31 octobre 2015, en raison de leur impact environnemental négatif, notamment sur les espèces protégées (herbiers de Posidonie, grandes nacres, patelles géantes etc.).

En effet, il n'est désormais plus question d'étendre le terre-plein Nord de 22 000 mètres carrés en gagnant sur la mer, mais à la place, a été engagé l'agrandissement de seulement 6 500 mètres carrés d'un terre-plein en gagnant de l'espace sur le bassin du port, côté Nord-Est (voir photo ci-dessous, sur l'avancée des travaux fin novembre 2016) ! Cette nouvelle configuration du port présente des avantages et des inconvénients. Elle est en particulier critiquée par les lamaneurs, car elle diminue l'espace laissé aux navires pour manoeuvrer. Interrogé par France 3 Corse le 10 novembre 2016, Marc Rutili, gérant de la coopérative de lamanage déclarait ainsi : "lorsque vous rétrécissez le bassin, vous rétrécissez les capacités pour les navires de tourner dans le bassin. C'est handicapant lors des vents, des intempéries et évidemment c'est un handicap pour l'exploitation du port. Les choses n'ont fait qu'empirer et aujourd'hui c'est dangereux".

Cette configuration a en revanche l'avantage d'améliorer la gestion du poste à quai dédié au fret, en permettant le stockage de
40 à 50 semi-remorques supplémentaires, ce qui représente un gain substantiel par rapport aux capacités jusqu'alors en service (environ 80 semi-remorques), même cela reste encore insuffisant : tous navires confondus, le port de Bastia traite environ 200 remorques par jour. Ce nouvel aménagement, s'il revient aussi à définitivement sacrifier un poste à quai (le poste Nord, très court et déjà déserté depuis quelques années au profit du quai de Rive par les cimentiers qui étaient les seuls à l'utiliser) devrait en revanche permettre de redonner de l'activité au quai Nord Est, délaissé jusqu'ici en raison de sa faible longueur d'accueil (ne pouvaient y accoster dans des conditions acceptables que des navires assez courts, de l'ordre de 120 mètres de longueur au maximum). Achevé à l'été 2017, le quai Nord Est rescindé et allongé accueille désormais de nouveau le cimentier Capo Nero (ce qui libère donc le quai de Rive pour les ferries). S'il permet en théorie d'accueillir aussi des navires d'environ 170 mètres, il semble toutefois qu'il s'agisse à ce stade potentiellement de navires de croisière, car le nouveau quai ne dispose pas de plate-forme permettant le débarquement des véhicules...  


Montage Romain Roussel d'après webcam du port de Bastia (25/11/2016)
Les travaux de rescindement du quai Nord Est se sont conclus par un quai aux dimensions revues à la hausse et un espace de stockage d'une cinquantaine de semi-remorques supplémentaires pour le fret.
Ci-dessus : montage Romain Roussel d'après la webcam du port de Bastia (vue prise le 25 novembre 2016) de la CCI de Haute Corse ; au quai Est, le Pascal Paoli de Corsica Linea.
Ci-dessous : vue prise le 9 juin 2017 par la webcam du port de Bastia
; au quai Est, le Sardinia Regina de Corsica Ferries ; devant lui, le Pascal Paoli et, à la manoeuvre, le Moby Zazà de Moby.
 
Le nouveau quai Nord Est, rescindé et désormais quasiment prêt à  accueillir les semi-remorques de fret.


Les photos présentées sur ce site sont la propriété de leur auteur et ne sont pas libres de droits.
Historique et bilan 2016 - La controverse sur le nouveau port de Bastia - Retour à la page principale de Mare Nostrum Corsica - haut