Mare Nostrum Corsica 

Port de Bastia : des perspectives globalement assez stables pour 2018 ?

Départ du Sardinia Vera et arrivée du Moby Kiss à Bastia en août 2016, devant le Pascal Paoli à quai ; photo : Romain Roussel.


Dans un contexte de crise et de concurrence accrue de l'aérien du fait du développement des vols low cost, le trafic passagers du port de Bastia a reculé cinq années de suite de 2011 à 2015. Il a connu un léger mieux en 2016 (+2,6%), année au cours de laquelle le port a accueilli 2,14 millions de passagers selon l'Observatoire régional des transports de la Corse (ORTC). Pour 2017, les résultats atteints sur 11 mois confirment cette tendance, avec une légère hausse de 1,8% selon l'ORTC ; le port devrait finir l'année à environ 2,18 millions de passagers. À quelles évolutions faut-il s'attendre en 2018 ? Des tendances probables dans l'ensemble assez équilibrées peuvent être dégagées au vu des enseignements des derniers mois et de la programmation annoncée par les différentes compagnies pour l'été prochain (plus de détails en page des nouveautés 2018) :

- s'agissant de la Corsica Linea (l'ex-SNCM), la compagnie a bien rebondi en termes de trafic fret dès ses deux premières saisons, en battant de nouveaux records pour le trafic marchandises sur la Corse avec plus de 1 million de mètres linéaires en 2017 et voit son avenir proche conforté par la co-obtention avec La Méridionale de la délégation de service public maritime Marseille-Corse de raccordement jusqu'à l'été 2019. Elle avait en revanche touché un point bas sur la Corse en 2016 pour ce qui est du trafic passagers. Cela s'expliquait à la fois de l'affrètement temporaire d'un de ses cinq navires mixtes (le Monte d'Oro) à La Méridionale pour la saison 2016 et par la quasi-absence de ferries classiques sur la Corse durant cet été-là : plus aucun ferry de la compagnie ne touche le port de Bastia au départ de Nice et de Toulon depuis le printemps 2015 et les escales du Danielle Casanova à Bastia - qui avec Ajaccio, concentrait jusqu'alors la majorité des escales des ferries au départ de Marseille - ont été exceptionnelles durant l'été 2016. Le retour du Monte d'Oro dans le giron de Corsica Linea - effectif depuis octobre 2016 - a permis à Corsica Linea de croître de nouveau en termes de trafic passagers en 2017, surtout au départ du port d'Ile Rousse, le positionnement du navire mixte se faisant exclusivement sur la ligne Marseille-Ile Rousse. Sur Bastia, la compagnie a regagné un peu plus de 10 000 passgers en 2017 sur les 11 premiers mois d'après la CCI territoriale de Bastia et de la Haute Corse et franchi le cap des 100 000 passagers sur cette période, mais reste encore la dernière, loin derrière la Corsia Ferries, la Moby Lines et est également toujours devancée par sa partenaire, La Méridionale. Pour 2018, le potentiel de rebond du trafic passagers de Corsica Linea sur Bastia est réel grâce à la programmation d'une escale hebdomadaire du ferry Danielle Casanova en saison, en remplacement de traversées opérées jusqu'ici sur la Tunisie ;

- La Méridionale devrait voir son trafic passagers stagner ou faiblement progresser sur Bastia en 2018, la compagnie co-délégataire du service public sur Marseille-Corse reconduisant à peu près à l'identique son programme de 2017 assuré par le Piana. Il devrait en être de même au global sur l'ensemble de la Corse, du fait d'une programmation également très proche de celle de l'an passé;

- la Corsica Ferries revoit de nouveau sensiblement sa programmation de ses ferries pour 2018 après des années 2016 et 2017 déjà riches en nouveautés, avec comme axes de développement de nouvelles lignes essentiellement orientées sur le sud de la Corse (comme Nice-Porto Vecchio), la desserte du Nord Sardaigne (Toulon-Porto Torres ou Piombino-Golfo Aranci par exemple) ou encore vers Majorque (la ligne Toulon-Alcúdia est inaugurée en avril 2018). Sur Bastia, elle ne devrait pas bénéficier comme en 2017 de l'effet de nouveauté permis par l'introduction à l'été de son nouveau navire amiral, le Pascal Lota, principalement dévolu à la desserte d'Ajaccio pendant la saison 2018. Par ailleurs, son offre semble un peu plus réduite pendant l'été 2018 sur la ligne italienne Savona-Bastia, à l'inverse de la ligne saisonnière Piombino-Bastia, qui apparaît renforcée ; les perspectives de la compagnie sur Livorno-Bastia apparaissant assez stables. Par ailleurs, la réorganisation de la desserte de la Moby Lines à Nice et l'allongement de la période de desserte de sa concurrente sur les lignes italiennes pourrait lui coûter quelques parts de marché. Aussi, au total, les perspectives de développement de la Corsica Ferries en 2018 semblent davantage porter sur le port d'Ile Rousse, où la desserte estivale de la compagnie aux bateaux jaunes est nettement renforcée depuis Nice, et sur ses nouvelles lignes vers Majorque et la Sardaigne

- après une saison 2017 moins chaotique que celle de 2016 perturbée par l'incendie du Moby Zazà à Nice le 13 août qui avait provoqué une interruption de trafic dommageable pour la compagnie jusqu'en décembre 2016, la Moby Lines devrait voir sa progression se poursuivre en 2018. En effet, la compagnie allonge sa période de desserte des lignes italiennes au printemps, renforce sa présence en saison sur l'axe Genova-Bastia et réorganise son service sur Nice, en misant sur des traversées de jour low cost (plutôt que sur les traversées de nuit assurées en 2017 par le Moby Dada, retiré désormais des lignes de Corse). Toutefois, la progression de la compagnie devrait être freinée par la réduction sensible de son offre de transport sur Livorno-Bastia, ligne sur laquelle le nombre de traversées de la compagnie passe de 2 à 1 seul aller-retour par jour en saison en 2018 ;

De ces évolutions, découleront des modifications des parts de marché entre compagnies. Le podium des différents ports, très disputé depuis trois ans sur Bastia entre Toulon et Livorno pour la première place, ne devrait toutefois pas évoluer sensiblement en 2018. La première place est revenue au port italien de Livorno en 2016, pour la première fois depuis 2012, place que Livorno est assuré de conserver en 2017, selon des données provisoires de l'ORTC sur 11 mois. Sur le port de Bastia, Toulon devrait de nouveau finir deuxième origine/destination en 2017, devant Nice, et disputera de nouveau la première place au port de Livorno en 2018...

En tout état de cause, alors que l'année 2015 avait été marquée par une bien moindre "congestion" des trafics portuaires de la place bastiaise à certaines heures de la journée en saison, principalement suite à la forte réduction du nombre de ferries de la SNCM, 2016 et plus encore 2017 ont correspondu à un regain d'activité pour le port de Bastia. En 2018, d'après le programme prévisionnel commercialisé par les compagnies, on observe en particulier les samedis charnières de juillet-août une plus grande concentration des allées et venues des navires le matin, avec un pic à 5 navires de 7h à 7h30, en raison notamment du retour du Danielle Casanova à cet horaire (voir représentation graphique ci-après). Comme en 2016, les capacités maximales du port pourraient donc quasiment être atteintes à cet horaire si tous les navires sont à l'heure (le cimentier Capo Nero, non comptabilisé ici, étant susceptible d'occuper le dernier poste disponible), alors qu'en 2017, le nombre maximal de navires accueillis simultanément à Bastia plafonnait à 4. Cette congestion est aussi imputable au décalage de l'horaire d'arrivée des navires mixtes de Marseille, dont l'horaire d'arrivée à été remis à 7h alors qu'il avait été avancé à 6h dans le cas général en 2017. Le reste de la journée, l'occupation des quais est bien moindre (le nombre total de rotations revenant de 16 à 14 par jour les samedis charnières de juillet-août), avec un maximum théorique de 3 navires accueillis simultanément à différentes heures de la journée (un peu avant 9h, puis de nouveau entre 12h et 14h, de 15hà 16h et enfin de 18h à 19h) au lieu de 4 lors des journées équivalentes de 2017. 


Quoiqu'accueillant au total sur la journée un peu moins de navires que les jours équivalents de 2017, les jours de pointe fin juillet et début août 2018, le port de Bastia devrait voir jusqu'à 5 bateaux à quai simultanément le matin tôt, si l'état de la mer le permet et que les navires arrivent à l'heure...


Ce phénomène de déplacement des pics horaires vers le début de matinée est aussi à rapprocher du développement des traversées de nuit, en lien notamment avec le recentrage des trafics des compagnies maritimes opérant sur le port de Bastia sur les lignes françaises, généralement plus longues.



Les Mega Smeralda et Moby Zazà à Bastia, en août 2016 ; à gauche, le quai des martyrs (photo : Romain Roussel).

Les photos présentées sur ce site sont la propriété de leur auteur et ne sont pas libres de droits.
Historique et bilan 2017 - La controverse sur le nouveau port de Bastia - Retour à la page principale de Mare Nostrum Corsica - haut