Mare Nostrum Corsica 

Port de Bastia : une vraie reprise espérée pour 2022 !
Bastia, vue depuis le Mega Regina en août 2021 ; photo : Romain Roussel
La ville de Bastia (quai des martyrs au centre et vieux port et Citadelle en arrière plan), vue au travers des chaloupes de sauvetage du nouveau Mega Regina de la Corsica Ferries, en août 2021 (photo : Romain Roussel). Depuis l'éviction de La Méridionale par la Collectivité de Corse à l'automne 2019, seules trois compagnies restent présentes à Bastia : la Corsica Ferries, la Corsica Linea et la Moby Lines.



Dans le contexte de crise aigue du coronavirus, les trafics passagers du port de Bastia ont pratiquement été divisés par deux en 2020, ce qui en fait - de très loin - la plus forte baisse jamais enregistrée en plus d'un demi-siécle ! Le nombre de passagers a reculé en effet de 46% selon la CCI de Bastia, avec à peine un peu plus de 1,14 million de voyageurs, contre plus de 2,11 million en 2019 (voir bilan 2020 détaillé). Cet écroulement des trafics passagers fait passer les reculs du port de Bastia enregistrés de 2011 à 2015 puis en 2018 (-0,4%) et 2019 (-2,6%) pour des évolutions assez insignifiantes. Il contraste aussi avec la relativement bonne tenue du fret, qui ne recule que de 4,2% (en tonnes transportées, à 1,74 million de tonnes selon la CCI de Bastia) en 2020, malgré la perte de la compagnie La Méridionale sur la ligne Bastia-Marseille, désormais desservie exclusivement par la Corsica Linea depuis octobre 2019 du fait de décisions de l'Assemblée de Corse. Pour le fret, la baisse est toutefois un peu plus marquée en termes de mètres linéaires transportés, à -6,5%, toujours selon la CCI de Bastia. En 2021, le trafic passagers du port de Bastia a connu un net rebond sur les lignes françaises, les lignes italiennes demeurant à un niveau très inférieur de celui avant crise. A fin septembre 2021, le trafic passagers cumulé sur les 9 premiers mois de l'année atteint ainsi 1 250 000 passagers d'après la CCI de Corse, soit un peu plus que sur l'ensemble de l'année 2020, mais un niveau très inférieur encore (-34%) à celui enregistré en 2019 sur la même période (1 885 000 passagers. 

Sur le moyen terme toutefois, au-delà de la crise actuelle de la COVID-19, le recul du port de Bastia est à relier notamment à l'inadaptation structurelle de ses quais aux navires de nouvelle génération (voir débats sur le futur port de commerce), mais aussi à un contexte de moindre soutien financier de la Collectivité territoriale de Corse au secteur maritime depuis quelques années, les subventions de la Corse étant progressivement redirigées vers le secteur aérien, pourtant plus polluant (en termes d'émissions de dioxyde de carbone par passagers transporté mais aussi de nuisances sonores...) et générateur de moindres retombées économiques (des séjours nettement plus courts en moyenne lorsque les passagers viennent en avion que lorsqu'ils viennent en bateau, selon l'INSEE).

La contre-performance historique du port de Bastia depuis deux ans est d'autant plus rageante que les premiers mois de l'année 2020 avaient été marqués par une croissance notable et, qu'avant la crise du coronavirus, les indicateurs laissaient espérer une bonne saison estivale. Avec la durée de la crise de la COVID-19 et ses graves conséquences économiques, à 
quelles évolutions faut-il s'attendre pour 2022 ? S'il est toujours difficile de faire des pronostics dans ce contexte sanitaire très fluctuant, les réservations des compagnies se faisant désormais le plus souvent en extrême dernière minute, la programmation, plus fournie, des compagnies pour 2022 laisse augurer un nouveau rebond (plus de détails à ce propos en page des nouveautés 2022) :

- s'agissant de la Corsica Linea, son partenariat avec La Méridionale n'a pas été renouvelé sur Bastia. Sur l'ensemble des ports corses, les deux compagnies opèrent depuis octobre 2019 de manière totalement séparée et leurs systèmes de réservation le sont aussi désormais. La programmation provisoire de la compagnie pour 2022 est désormais connue, notamment sur Bastia, et s'en tient pour le moment au strict cahier des charges prévu par la Collectivité de Corse dans le cadre de la délégation de service public (DSP) maritime entre Marseille et la Corse. Cette  DSP a finalement été attribuée en février 2021 pour 22 mois, quoique celle -ci soit de plus en plus contestée, tant par la Commision européenne que par l'Autorité de la concurrence, qui ont émis publiquement des doutes sérieux sur la validité des aides financières versées à la Corsica Linea, ce pourquoi un nombre croissant d'observateurs du dossiers appelent à une profonde refonte du système. Ne sont pas pour l'instant programmées de rotations supplémentaires, comme lors des deux dernières saisons. Toutefois, même si la date de mise en service de A Galeotta, son nouveau cargo mixte, est incertaine (annoncée pour juillet 2022, ses traversées ne sont pas encore commercialisées, contrairement aux navires navires de la compagnie), la Corsica Linea dispose toujours d'un navire de réserve (le Paglia Orba), qui devrait pouvoir assurer des traversées supplémentaires si la saison s'annonce bonne. Aussi les perspectives de la compagnie aux bateaux rouges sont-elles aussi positives sur Bastia pour 2022 et ce d'autant plus que le printemps (encore très perturbé en 2021 du fait des confinements) laisse d'importantes marges de croissance !

- La Méridionale ayant totalement dû déserter les quais bastiais depuis octobre 2019, contrainte par les décisions de l'Assemblée de Corse, ses perspectives de trafic sont de nouveau nulles sur Bastia pour 2022, comme déjà en 2021. La compagnie ne devrait probablement pas revenir de sitôt sur le premier port de l'île, la DSP actuelle réservant la desserte à Corsica Linea étant en vigueur jusqu'à début 2023, La Méridionale a été contrainte fin 2020 de fermer définitivement son agence bastiaise. Elle tente dès lors une diversification sur une nouvelle ligne vers le Maroc, en reliant Tanger à Marseille, dont les débuts sont difficiles ;

- La Corsica Ferries joue la carte de la continuité en ce qui concerne la programmation de ses ferries pour 2022. Cela s'explique sans doute par les meilleurs résultats obtenus en 2021 par la compagnie aux bateaux jaunes sur le port de Bastia où son trafic passagers rebondit de plus de 26% sur les neuf premiers mois de l'année. Depuis 2020, la compagnie a été très touchée par la baisse des flux touristiques mais a su préserver l'essentiel en été, surtout sur les lignes entre la Corse et le continent français (les lignes internationales, italiennes en particulier, ayant été les plus touchées par la crise). Pour autant qu'on puisse en juger dans ce climat extrême d'incertitudes, ses perspectives semblent meilleures pour 2022 sur le port de Bastia, sa programmation d'été étant déjà plus fournie que l'an dernier à pareille époque et les perspectives de croissance au printemps étant importantes par rapport aux deux dernières avant saisons, très dégradées. La Corsica Ferries bénéficera aussi en 2022 de capacités supplémentaires permises par la mise en service du Mega Regina, aux capacités garage augmentées durant l'hiver 2021-2022 et supérieures à celles de son prédécesseur, le Sardinia Regina. 

- recentrée sur ses seules lignes italiennes depuis l'été 2019, la Moby Lines avait considérablement allégé ses programmes estivaux durant les saisons 2020 et 2021. Dans ce contexte de perspectives de sortie de ces graves difficultés financières, la Moby n'accroîtra finalement pas son offre de transport sur Bastia durant la haute saison 2022, contrairement à ce qui avait été révu dans le programme initial commercialisé dans un premier temps. Finalement, la traversée Genova-Bastia ne sera assurée qu'une fois par jour avec le Moby Zazà, et non plus en alternance par ses navires amiraux Moby Aki et Moby Wonder, nettement plus rapides, comme c'était le cas depuis 2020. Aucun changement notable n'est à signaler sur la ligne Livorno-Bastia, toujours assurée en saison par le Moby Vincent. Aussi, les perspectives de la Moby n'apparaissent-elles meilleures en 2022 qu'en 2021 que dans la mesure où la situation sanitaire permettra un déroulement plus normal de la saison touristique dès le printemps, qu avait encore été très perturbé en 2021.

On le voit, si la conjoncture sanitaire sera une nouvelle fois encore la clef de la saison 2022, les perspectives du port de Bastia pour la saison prochaine apparaissent à ce stade meilleures que l'an dernier à pareille époque. Il faut espérer que l'on revienne progressivement à une situation plus normale et à des niveaux du trafic maritime plus proches de ceux de 2019. De ces évolutions découleront aussi des modifications des parts de marché entre compagnies et entre ports. Ainsi, la première place sur le port de Bastia, revient à Toulon depuis 2019, après trois années de suprématie du port italien de Livorno, désormais deuxième. La troisième place est désormais très disputée : jusqu'ici répartie selon les années entre Nice et Savona, elle est revenue à Marseille en 2020 et pourrait de nouveau échoir à Nice en 2021...


Bastia, octobre 2020 ; photo : Romain Roussel
De gauche à droite, les Mega Express Three (Corsica Ferries) et A Nepita (Corsica Linea), à quai à Bastia en octobre 2020 (photo : Romain Roussel). 
Le Piana de La Méridionale, absent des quais bastiais depuis octobre 2019, ne devrait sauf rebondissement majeur pas y revenir avant longtemps
...



Les photos présentées sur ce site sont la propriété de leur auteur et ne sont pas libres de droits.
Historique et bilan de l'année écoulée - La controverse sur le nouveau port de Bastia - Retour à la page principale de Mare Nostrum Corsica - haut