Mare Nostrum Corsica 

Port de Bastia : quelles perspectives pour 2021 ?

Depuis l'éviction de La Méridionale par la Collectivité de Corse à l'automne 2019, seules trois compagnies restent présentes à Bastia : la Corsica Ferries, la Corsica Linea et la Moby Lines.
Ici, départ du Sardinia Vera et arrivée du Moby Kiss à Bastia en août 2016, devant le Pascal Paoli à quai ; photo : Romain Roussel.

Dans le contexte de crise aigue du coronavirus, les trafics passagers du port de Bastia ont pratiquement été divisés par deux en 2020, ce qui en fait - de très loin - la plus forte baisse jamais enregistrée en plus d'un demi-siécle ! Le nombre de passagers recule en effet de 46% selon la CCI de Bastia, avec àp eine un peu plus de 1,14 million de voyageurs, contre plus de 2,11 million en 2019 (voir bilan 2020 détaillé). Cet écroulement des trafics passagers fait passer les reculs du port de Bastia enregistrés de 2011 à 2015 puis en 2018 (-0,4%) et 2019 (-2,6%) pour des évolutions assez insignifiantes. Il contraste aussi avec la relativement bonne tenue du fret, qui ne recule que de 4,2% (en tonnes transportées, à 1,74 million de tonnes selon la CCI de Bastia) en 2020, malgré la perte de la compagnie La Méridionale sur la ligne Bastia-Marseille, désormais desservie exclusivement par la Corsica Linea depuis octobre 2019 du fait de décisions de l'Assemblée de Corse. Pour le fret, la baisse est toutefois un peu plus marquée en termes de mètres linéaires transportés, à -6,5%, toujours selon la CCI de Bastia. Il semble donc que le fait que la Corsica Linea ait plus que doublé le nombre de ses rotations sur Bastia (la compagnie s'est substituée à celle auparavant assurées par La Méridionale, en ajoutant un navire, le Paglia Orba, à la desserte du Pascal Paoli, plus un autre à temps partiel en saison, le A Nepita) n'a pas suffi à maintenir tant le trafic passagers que le trafic fret sur l'axe Marseille-Bastia en 2020. En effet, en 2020, ces trafics baissent au total de 29,8% et de 5,4% (en mètres linéaires), bien que le trafic passagers de la compagnie aux bateaux rouges affiche en trompe l'oeil une hausse de 12,2%, cela est loin de compenser l'absence de La Méridionale, dont les trafics chutent par construction de 100% !

Sur le moyen terme toutefois, au-delà de la crise actuelle de la COVID-19, le recul du port de Bastia est à relier notamment à l'inadaptation structurelle de ses quais aux navires de nouvelle génération (voir débats sur le futur port de commerce), mais aussi à un contexte de moindre soutien financier de la Collectivité territoriale de Corse au secteur maritime depuis quelques années, les subventions de la Corse étant progressivement redirigées vers le secteur aérien, pourtant plus polluant (en termes d'émissions de dioxyde de carbone par passagers transporté mais aussi de nuisances sonores...) et générateur de moindres retombées économiques (des séjours nettement plus courts en moyenne lorsque les passagers viennent en avion que lorsqu'ils viennent en bateau, selon l'INSEE).

La contre-performance historique du port de Bastia en 2020 est d'autant plus rageante que les tout premiers mois de l'année avaient été marqués par une croissance notable et, qu'avant la crise du coronavirus, les indicateurs laissaient espérer une bonne saison estivale. Avec la durée de la crise de la COVID-19 et ses graves conséquences économiques, à 
quelles évolutions faut-il s'attendre pour 2021 ? Il est plus que jamais difficile de faire des pronostics dans ce contexte sanitaire très fluctuant, les réservations des compagnies se faisant désormais le plus souvent en extrême dernière minute, au fil des annonces sur la situation sanitaire et des restrictions de déplacement qu'elle engendre. Si la crise économique plaide pour le pessimisme, tout dépendra en fait de la situation sanitaire au moment des vacances d'été, la relative accalmie observée à l'été 2020 ayant permis de transformer en chute très sévère (-39,6% en juillet et -27,9% en août à Bastia, selon la CCI) ce qui aurait sinon été une chute totalement catastrophique pour les compagnies maritimes et pour tous les acteurs corses vivant du tourisme (qui représente près d'un tiers du PIB total de l'île, selon l'INSEE). Une nouvelle baisse est, hélas, encore possible en 2021 dans ce contexte, même si au printemps, la situation ne pourra de toute façon pas être pire qu'en 2020, les trafics passagers de la Corse - tant maritimes qu'aériens - ayant été totalement annihilés à cette période par le confinement.

De fait, les programmations préliminaires des compagnies pour l'été 2021 telles que prévues à ce jour peuvent laisser entrevoir un certain espoir, puisqu'elles font preuve malgré tout d'une certaine résistance (plus de détails à ce propos en page des nouveautés 2021) :

- s'agissant de la Corsica Linea, son partenariat avec La Méridionale n'a pas été renouvelé sur Bastia. Sur l'ensemble des ports corses, les deux compagnies opèrent depuis octobre 2019 de manière totalement séparée et leurs systèmes de réservation le sont aussi désormais. La programmation 2021 de la compagnie est désormais connue, notamment sur Bastia, et s'en tient pour le moment au strict cahier des charges prévu par la Collectivité de Corse dans le cadre de la délégation de service public (DSP) maritime entre Marseille et la Corse. Cette  DSP a finalement été attribuée en février 2021 pour 22 mois, quoique celle -ci soit de plus en plus contestée, tant par la Commision européenne que par l'Autorité de la concurrence, qui ont émis publiquement des doutes sérieux sur la validité des aides financières versées à la Corsica Linea, ce pourquoi un nombre croissant d'observateurs du dossiers appelent à une profonde refonte du système. Ne sont donc pas pour l'instant programmées de rotations supplémenatires, comme l'an dernier avec le A Nepita, désormais employé sur la ligne d'Ajaccio-Marseille, mais la Corsica Linea dispose toujours d'un navire de réserve (le Paglia Orba cette année), qu'elle pourra toujours réaffecter sur la Corse ou sur d'autres destinations d'ici l'été prochain. Dans ce contexte, si aucune rotation supplémentaire n'est programmée durant l'été 2021, les perspectives de la compagnie aux bateaux rouges seraient plutôt à la baisse sur Bastia pour cet été, mais celle-ci peut néanmoins espérer faire un moins mauvais printemps qu'en 2020 et donc se rattraper au global sur l'année. Par ailleurs, la compagnie régionale maritime corse ne verra pas non plus le jour au plus tôt d'ici 2023, les sociétés d'économie mixte envisagées et qui auraient pu réunir les flottes de la Corsica Linea et de La Méridionale n'ayant pu être instaurées comme prévu, du fait de compensations financières bien trop élevées demandées par ces compagnies à la Collectivité de Corse ;

- La Méridionale ayant totalement dû déserter les quais bastiais depuis octobre 2019, contrainte par les décisions de l'Assemblée de Corse, ses perspectives de trafic sont nulles sur Bastia pour 2021. Et la compagnie ne devrait probablement pas revenir de sitôt sur le premier port de l'île, la DSP actuelle réservant la desserte à Corsica Linea étant en vigueur jusqu'à début 2023, La Méridionale a été contrainte  fin 2020 de fermer définitivement son agence bastiaise. Elle tente dès lors une diversification sur une nouvelle ligne vers le Maroc, en reliant Tanger à Marseille, toutefois contrariée à ce stade par la fermeture des frontières extérieures de l'UE;

- comme en 2020, la Corsica Ferries joue la carte de la continuité en ce qui concerne la programmation de ses ferries pour 2021, après quatre années de fort remaniement de ses horaires de 2016 à 2019. Cela s'explique sans doute par les bons résultats obtenus par la compagnie aux bateaux jaunes sur le port de Bastia pendant l'été 2019, en dépit d'une programmation nettement resserrée. En 2020, la compagnie a été très touchée par la baisse des flux touristiques mais a su préserver l'essentiel en été, surtout sur les lignes entre la Corse et le continent français (les lignes internationales ayant été les plus touchées par la crise). Pour autant qu'on puisse en juger dans ce climat extrême d'incertitudes, ses perspectives semblent relativement stables pour 2021 sur le port de Bastia. Même si tout dépendra de la situation sanitaire en été, la compagnie a pour l'heure conservé une programmation de rotations nourrie et ses perspectives pourraient même s'améliorer si l'on n'assiste pas au printemps 2021 à un confinement aussi sévère qu'il l'a été au printemps 2020 ; 

- recentrée sur ses seules lignes italiennes depuis l'été 2019, la Moby Lines allège de nouveau son programme prévisionnel d'escales pour l'été 2021. Déjà avant la crise de la COVID-19, la compagnie à la baleine bleue à échappé à la liquidation judiciaire à l'automne 2019 et les discussions se poursuivent avec ses créanciers pour la restructuration de sa dette. Dans ce contexte de graves difficultés financières, la Moby réduit de nouveau son offre de transport sur Bastia en 2021, en confirmant le raccourcissement de la saison opéré en 2020 et en réduisant le nombre maximal d'escales. Ainsi, le nombre de traversées de la Moby entre Bastia et l'Italie passe de 3 à 2 par jour en saison en 2021, alors qu'il atteignait encore 5 en 2019 ! Son offre sur Genova-Bastia - où son trafic passagers 2020 a été quasiment divisé par trois - se réduit et ces traversées ne sont plus opérées de nuit. La compagnie prévoit toutefois d'y affecter des navires de plus grande capacité, les Moby Wonder et Moby Aki, et dispose toujours d'un navire de réserve (le Moby Dada), pouvant le cas échéant renforcer l'offre de transport si la conjoncture s'améliore d'ici l'été prochain.  

On le voit, la conjoncture sanitaire sera la clef de la saison 2021 du port de Bastia, qui pourra aussi être affectée par des décisions de nature plus politique quant à la desserte maritime de la Sardaigne, s'agissant de la Moby (la concession de service public de l'île voisine arrivant aussi à échéance en mars 2021, sauf nouvelle prolongation du fait du coronavirus...). Il faut espérer que, malgré la crise économique qui continuera d'avoir des effets délétères sans doute pendant encore plusieurs années, le plus gros de l'ajustement à la baisse soit déjà passé et que les compagnies maritimes arriveront à s'adapter pour résister à ce nouveau contexte bien difficile. De ces adaptations, découleront aussi des modifications des parts de marché entre compagnies et entre ports. Ainsi, le podium des différents ports, très disputé depuis trois ans sur Bastia entre Toulon et Livorno pour la première place, évolue de nouveau en 2020. Si la première place sur la place portuaire bastiaise, revenue au port de Toulon en 2019, après trois années de suprématie du port italien de Livorno, est bien restée au port varois, la troisième place est désormais très disputée. Jusqu'ici répartie selon les années entre Nice et Savona, elle est revenue à Marseille en 2020...


Bastia, octobre 2020 ; photo : Romain Roussel
De gauche à droite, les Mega Express Three (Corsica Ferries) et A Nepita (Corsica Linea), à quai à Bastia en octobre 2020 (photo : Romain Roussel) : déjà l'hiver pour les ferries ?
Le Piana de La Méridionale, absent des quais bastiais depuis octobre 2019, ne devrait sauf rebondissement majeur pas y revenir avant longtemps
...



Les photos présentées sur ce site sont la propriété de leur auteur et ne sont pas libres de droits.
Historique et bilan de l'année écoulée - La controverse sur le nouveau port de Bastia - Retour à la page principale de Mare Nostrum Corsica - haut